Retour sur l'édition 2015 de la Ferté Alais ...

En attendant le prochain article qui sera consacré à la présentation en image de ce qui vous attendra pour l'édition 2016, je vous propose un petit retour sur l'édition 2015.

 

La saison 2015 des meetings aériens en Europe est lancée, et bien lancée avec une très belle édition du Temps des Hélices sur l’aérodrome de la Ferté Alais. Le ciel a été clément cette année, pas de pluie mais quelques passages de gros nuages privant quelque peu de lumière les photographes. C’est un fantastique succès populaire et une vraie fête familiale de passionnés de l’aviation et des belles machines volantes. A peine les barrières du statique refermée, un passage par les  baraques à frites et autres sandwicheries, que le spectacle va bientôt démarrer.

 

C’est à 12h50, que les doux ronronnements des trois petits avions se font entendre et décollent avec grâce, pour une ouverture pleine de poésie et de grâce.

C’est parti  avec les commentaires de Mr Bernard Chabbert, que nous apprécions le ballet aérien composé du bb jodel piloté par Mr Jack Krine , du motoplaneur SF-28 et du Léopoldof.  Leurs arabesques sont terminées, les avions se posent et les pilotes saluent la foule.

  Tandis que les Rafale quittent le ciel pour rejoindre leur base d’attache, voici l’évocation des pionniers de l’aviation.

 Ainsi décollent tour à tour, un Morane Saulnier Type G, un Caudron G3 et un Morane Saulnier MS-318.

 Et oui, voilà maintenant 100 ans que le Caudron G3 a vu le jour, et ce drôle d’avion s’est avéré être le premier bombardier, en quelque sorte l’ancêtre du Rafale.

 

A peine les avions posés, que le spectacle continue, et avec le décollage et la présentation en vol de deux magnifiques machines, dernièrement acquis par l’AJBS. Voici le Bristol SF, accompagné par son équivalent de l’époque le Fokker D7.

 

Après la guerre, un petit moment de calme et de poésie, voici de la voltige en planeur.

 

Le planeur Pilatus B4 équipé de fumigène rose en extrémité de voilure dessine des arabesques au rythme de l’ «Adagio » avec aux commande M. Denis Hartmann.

L’Extra est posé, Ralloch salue la foule, et voici les cinq Yak-50 de la patrouille anglaise « Aerostar ».

 

C’est leur première participation à la Ferté Alais.

 

Ils nous ont offert un spectacle magnifique, enchaînant les figures les plus spectaculaires possibles, dont leurs croisements, et leur belle montée à trois avions en parallèle, puis au sommet le renversement simultané, et enfin un bel éclatement final !

Autre évènement marquant de cette édition, la démonstration de voltige en Cap-10 effectuée par Mme Dorine Bourneton et son instructeur.


Dorine est la première femme pilote de voltige paraplégique suite à un tragique accident d’avion à 16 ans.

Mais grâce à sa ténacité et son amour de l’aviation, elle a récemment réalisé son rêve de devenir pilote de voltige et a souhaité présenté ce programme au public de la Ferté Alais, merci à elle pour ce beau moment.

Alors que le petit avion s’éloigne sous les applaudissements de la foule, c’est le moment d’évoquer la seconde guerre mondiale, dans un premier temps, un Fiesler Storch effectue un vol de reconnaissance, avec ses grandes ailes. Cet avion a la particularité de décoller très court et de voler très lentement. 

 

Il est rejoint par deux Junker J-52 qui symbolisent la domination allemande du début de la guerre.

 

Voilà qu’arrive en passage à l’anglaise, le Curtiss Hawk 75, seul avion français de la seconde guerre mondiale, rescapé de la Bataille de France a volé aujourd’hui.

Voilà 70 ans qu’une bataille qui s’avéra stratégique a eu lieu dans le ciel britannique, baptisée «Bataille d’Angleterre», et c’est avec trois magnifiques présentations en vol que cet évènement a été honoré.

C’est tout d’abord un superbe Gladiator, seul biplan à cockpit caréné, qui arrive à grande vitesse et effectue une belle démonstration de voltige.

 

Puis, c’est au tour du chasseur Hurricane de prendre possession du ciel, et enfin c’est le Sptitfire qui conclura ce tableau. Cet hommage restera un des moments marquant de l’édition 2015

Autre célèbre avion de la seconde guerre mondiale, redoutable chasseur, voici le P-51 Mustang « Nooky-Booky » qui décolle. C’est parti pour un programme de voltige ponctué par son fameux sifflement strident émis par l’avion, que du bonheur et quelle ambiance !!!

Les Yaks sont posés, huit phares arrivent à l’horizon, ce sont ceux des Alpha Jet de la Patrouille de France. Quelques secondes plus tard, c’est le début de la série 2015 !! Arrivée fumigène tricolore top !!

 

C’est parti pour une vingtaine de minutes, enchainant des figures à huit, évoquant en particulier les avions célèbres de l’histoire aéronautique française, avec les formations Concorde, Rafale et Mirage F1.

 

Puis après l’éclatement intermédiaire, c’est par groupe de 4 que les avions évolueront !!!

 

Quelques nouvelles figures comme l’hélice, le 3T Box avant et la Sheriff NG ainsi qu’une variante de l’Apache avec deux avions, un must !!!

 

C’est le moment du regroupement et de l’éclatement final !!!  Les pilotes reviendront en fin de show sur le car podium de l’Armée de l’Air pour pouvoir rencontrer leur public et signer les différents posters et autres plaquettes !!!

 

 

Voilà qu’un Piper Cub jaune décolle, la radio se fait entendre : le pilote a décollé sans son instructeur, et s’en suit un dialogue de sourd entre les deux protagonistes, c’était très drôle comme tableau, bravo à eux !

 

Le temps de garer ces magnifiques avions et de ranger le Piper, c’est au tour de la Sécurité Civile de faire son show !!!

 

Tandis qu’un hélicoptère EC-145 rouge et jaune effectue un hélitreuillage, un Grumman S-2 Tracker fait un premier passage de reconnaissance.

 

 

L’EC-145 se met alors en stationnaire et désigne la zone de feu, le Tracker effectue son largage.

 

Le Canadair CL-415 effectue à son tour une reconnaissance, puis adapte son altitude puis largue à son tour son eau et noie littéralement la zone de  feu.

 

 

 

Un dernier passage en formation des deux avions vient clôturer cette superbe présentation.

Tandis que le 737 s’éloigne en direction d’Orly, deux fantastiques voltigeurs décollent, l’un est le patron de l’équipe de France de Voltige aux commandes de l’Extra 300, et l’autre est aux commandes d’un magnifique Pitts à son nom Bob.

En avant pour un petit quart d’heure de voltige extrême. Evoluant en parallèle dans le ciel, puis en rapproché jusqu’à ce qu’avec l’illusion d’optique les appareils ne fassent plus qu’un.

Voilà que deux silhouettes se rapprochent rapidement dont une avec un fumigène blanc, voici qu’arrive la famille Hawker, le dernier avion à hélice, le Sea Fury et l’avion à réaction le Hunter suisse.


C’est sous le soleil et de gros nuages, que la démonstration s’effectue. Que du bonheur avec en prime un passage train sorti du Hunter !!! Une fois le Hunter parti, retour du Sea Fury avec ses magnifiques fumigènes blanc, et dont la densité et persistance permettent d’apprécier les différentes trajectoires de l’avion.

 Voici que nous distinguons au loin, 4 silhouettes d’avions de l’aéronavale. Le Dassault Breguet Alizé arrive en compagnie du Morane Saulnier Paris, tous les deux encadrés par deux Rafale M, quelle belle patrouille !!!

 

Après éclatement, les Rafale M quittent le terrain, et le ciel appartient pour quelques minutes à deux légendes de l’aéronavale française. Le Paris est un habitué, par contre pour l’Alizé c’est une grande première.

 

La démonstration en vol est rythmée, et l’équipage nous gratifie d’un joli passage tout sorti, crosse d’appontage et train d’atterrissage.

 

Après un dernier croisement de l’Alizé et du Paris, les Rafale M font leur show, avec notamment une simulation d’appontage et un passage à haute vitesse, très proche du mach.

C’est le moment d’évoquer les combats aériens de la première guerre mondiale dont a eu lieu l’année le centième anniversaire sur la base aérienne de Saint-Dizier. Quatre biplans Bücker et quatre  Stamp prennent l’air, et débutent le tableau consacré à la première guerre mondiale. Puis, c’est le tour du Fokker DRI aux couleurs du « Baron Rouge », de l’Albatros C2, et au deux SE-5, ainsi que le Caudron G3 de se joindre à la bataille. Les combats tournoyant opposent tour à tour le Caudron G3 au Baron Rouge, puis le Biplan SE-5  prend en chasse l’Albatros ainsi de suite !

Tandis que le planeur se pose et freine devant nous, l’Extra 330 de l’Escadron de Voltige de l’Armée de l’Air (EVAA) décolle.

 

Au commentaire, le Capitaine Alexandre Orlowski dit « Popov », aux commandes le Capitaine François Rallet dit « Ralloch », dont c’est sa dernière année au sein de l’unité.

 

Ils ont décidé ce dimanche de faire découvrir au public de la Ferté Alais, comment vol un avion à la façon de la célèbre émission de France 3 « C’est pas sorcier ». Un grand moment de voltige et d’humour, merci à eux.


Puis voici un tableau « incontournable » devenu un des symboles de la Ferté Alais est toujours aussi spectaculaire. C'est celui de l’attaque de Pearl Harbour par les japonais, le matin du 7 décembre 1941, qui a provoqué l'entrée en guerre des Etats-Unis contre l’Allemagne et le Japon.


Alors qu’un Boeing Stearman et un Ryan PT22 Recruit volent tranquillement, voici que huit T-6 piquent en cascade et commencent à bombarder. Les explosions commencent, la bataille s’engage.

 

Le Curtiss P-40 décolle et prend en chasse le Zéro. Et voilà que de la fumée s’échappe du zéro, victoire !!! Le P-40 effectue quelques figures et vient se poser tranquillement.

 

C’est pendant ce tableau, que l’équipe du Rafale Solo Display et du Hunter suisse décollent pour gagner la base d’Orléans-Bricy d'où il redécolleront pour pouvoir effectuer plus tard leurs démonstrations en vol.

Après l’Amérique, rendons hommage aux jeunes pilotes du Régiment de chasse « Normandie-Niémen » qui ont combattu aux côtés des Russes contre l’occupant.

 

En leur mémoire, voici les Yak-3 et Yak-11 qui  décollent sur fond d’hymne russe. Tous les avions sont aux couleurs du Neu-Neu.

Alors que les Manhattan Dolls arrivent pour chanter a capella, le Lockheed Electra aux couleurs de la célèbre aviatrice Amelia Earhart décolle pour nous offrir de belles évolutions.Puis alors que les chansons commencent, le DC-3 Dakota accompagné des deux Beechcraft BE-18 prennent leur envol sous le soleil faisant briller leurs fuselages chromés.  

Nous observons alors l’alignement de sept Boeing Stearman , et un petit point lumineux à l’horizon.

 

Tandis que le Stearman tigré dispose d’un fumigène blanc, la patrouille s’aligne dans l’axe de la piste et vient précéder le Boeing 737 d’Airpost qui arrive …

 

Les Stearman s’écartent et c’est au tour du Boeing 737 tout de blanc vêtu et arborant un magnifique cœur « I love la Ferté », tout simplement superbe !!!

 

Il a enchainé un passage rapide, puis un passage train sorti, et une remise de gaz…

 

Quel beau spectacle !!! 

 

 

 

C’est bientôt la fin, un dernier tableau commence, alors que la musique d’ « Apocalypse Now » résonne, c’est le moment du décollage du Bronco couleur sable.

 

Celui-ci assurait aussi bien des missions de reconnaissance, que des missions de désignation d’objectif  et  des missions de tir air-sol.

 

 

 

 

 

 

Tandis que le Bronco effectue sa démonstration, les trois Skyraider présentés cette année, dont l’un, le n°205, est de retour en vol après son crash de Duxford en 2010 ,décollent.

 

Ils  attaquent le terrain et  tout explose.

 

 

 

 

 

Un hélicoptère Bell 205 arborant fièrement les couleurs de l’US ARMY surgi du nuage noir. Tout en effectuant différentes évolution, un mitrailleur à bord avec porte ouverte simule des tirs.

 

Encore quelques passages des Skyraider et voilà le thème Vietnam est terminé.

 

 

Tandis que les Skyraiders saluent la foule, le feulement d'une turbine et le claquement des pales d'un hélicoptère se fait entendre, le BÖ-105 aux couleurs d'une célèbre marque de boisson énergisante décolle . Il prend de l'altitude, et commence un numéro de voltige de haute volée. Impressionnant de maniabilité, cette démonstration va marquer l'édition 2015.

 

Le temps de se remettre des émotions procurées par le spectacle, un autre hélicoptère arrive, aux couleurs de l'Armée de l'Air. Les pilotes de la Patrouille de France débarquent et se dirigent vers l'espace réservé sous les acclamations du public.

Les Dassault Flamand prennent l’air  et assurent le spectacle, mais un autre avion se fait attendre...

 

La lumière baisse, un gros nuage gris foncé vient obstruer le soleil, mais voilà que le « Monster Tiger » Rafale arrive et fait monter les watts avec ses réacteurs M88 !!!

 

Magnifique présentation du capitaine Benoît Planche dit 

«Tao» , qui enchaine les figures pendant 9 minutes et qui évolue à des vitesses oscillant entre 180 km/h et 1100 km/h, à une altitude d’une trentaine de mètres à quelques 900 mètres.

 

Deux moments clés de cette série 2015, le Touch and go permettant de découvrir le Rafale en configuration d’atterrissage, puis le passage  Show Force qui permet d’observer celui-ci à haute vitesse avoisinant le fameux Mach !!

 

A noter, que Tao effectue normalement cette présentation pour la dernière fois dans le ciel de Cerny, l’année prochaine il prendra le rôle de coach.


L’édition 2015 du Temps des Hélices est terminée, le spectacle a été fantastique, de beaux avions, une belle météo dans l’ensemble, et un public en nombre et heureux d’avoir participer à cette grande fête de l’aviation, bref une réussite !!!

 

Je remercie tous les pilotes, mécaniciens, et bénévoles  de nous avoir offert ces magnifiques présentations, et l’équipe de communication du meeting pour avoir pu réaliser ce reportage.

 

D’ores et déjà rendez-vous en 2016 au week-end de la Pentecôte pour une nouvelle édition du Temps des Hélices.

 

Laurent C.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0